6 Start-ups qui apportent une vraie solution au problème des déchets plastiques

Bouteilles en plastiques - Mali Maeder

Un français produit en moyenne 500 kilos de déchets par an, dont seuls 40 % sont recyclés. Il reste des efforts à faire mais le poids de nos poubelles a légèrement diminué : en 2013, nos poubelles pesaient 543 kilos !

42 % de nos déchets sont revalorisés en matière organique, 32 % sont incinérés et 26 % partent en décharge.

Si beaucoup de solutions existent au quotidien pour réduire nos déchets comme prendre des lunch box pour son déjeuner, acheter des lingettes de coton lavables ou boire l’eau du robinet, notre poubelle s’amoncelle de plastiques pas toujours recyclables et beaucoup finissent dans les océans et donc dans nos assiettes !

Infographies sur les déchets recyclable
Déchets organiques, verre, papiers ou cartons peuvent être recyclés. Même si ce n’est pas toujours le cas…

Ces start-up ont décidé de prendre le problème à bras le corps et de proposer des matériaux, des changements d’habitudes et des concepts novateurs qui apportent de réelles solutions à ce problème.

Jean Bouteille ou quand les bouteilles consignées reviennent à la mode.

Jean Bouteille propose d’équiper les grands magasins de fontaines d’huiles, de vinaigres, de vins et de bières mais aussi de lessives en mettant à disposition aux clients des bouteilles propres consignées et réutilisables. Une fois les liquides consommés, les clients peuvent rapporter les bouteilles usagées pour qu’elles soient nettoyées et réutilisables.

Fontaine Jean Bouteille pour lutter contre les déchets
Les fontaines Jean Bouteille sont déjà présentes dans les enseignes Franprix, une bonne initiative pour lutter contre les déchets !

Outre la réduction considérable des déchets, les produits coûtent moins chers puisque le client ne paie pas le prix de l’emballage à usage unique.

La start up organise également des collectes de bouteilles usagées pour amener dans des points de distribution proche.

Un concept que l’on aimerait voir se développer !

3 start-up : Mundao, Dycle et Les Alchimistes, ont eu l’idée de créer une couche 100 % biodégradable et compostable.

Un enfant portera 4500 couches dans sa vie et celles-ci représentent 8 % de nos déchets au total. On ne sait pas bien les recycler (puisque outre la cellulose et les excréments, elles sont constituées de plastique). Des couches biodégradables sont déjà présentes sur le marché, mais elles sont jetées à la poubelle et contiennent également du plastique.

Les créateurs travaillent donc sur une couche 100 % biodégradable qui constituerait un excellent engrais !

Le constat des créateurs était simple : faire des couches biodégradables, oui mais avec un circuit de collecte court. Un test a déjà été réalisé en Haute-Gironde.

Couche biodégradable
La couche biodégradable : la couche du futur ?

Le collectif étudie cependant si la couche pourra être produite à échelle industrielle, la faisabilité du circuit de collecte mais aussi un changement dans la loi française sur le compostage : en effet, la loi interdit de composter des matières fécales humaines.

Veganbottles®, les bouteilles 100 % végétales et biodégradables.

Après un an de recherches, Nicolas Mouflet, fondateur de Lyspackaging a créé Veganbottle, une technologie brevetée dans le domaine de la transformation d’extraction du sucre issu de la bagasse de canne à sucre (résidus fibreux de la canne à sucre) et d’autres déchets végétaux tels que céréales, coquilles, cacao, noisettes, bambou, noyaux, pépins, carottes, pommes, terre ou encore roseaux.

Elle ne contient aucun pétrole, 100 % végétale et biodégradable et elle est en plus fabriquée en France (Charente-Maritime).

Beaucoup de marques ont déjà été séduites comme la marque de jus frais Yumi mais Lyspackaging propose également Naturo, une bouteille d’eau minérale dédiée aux entreprises pour les évènements et salons, ou les magasins bio mais pas encore commercialisée en grande surface. Le Palais de Tokyo lui aurait déjà commandé 100 000 bouteilles.

Contenant Lyspackaging pour remplacer les bouteilles en plastique
La marque de jus de légumes pressés Yumi a fait appel à Lyspackaging pour ses contenants.

L’ingénieur continue ses expérimentations et espère proposer à la commercialisation des bouteilles d’huiles d’olives faites à partir de noyau d’olive ou encore des bouteilles de jus de carottes faite à partir des déchets de carottes.

Il étudie également comment valoriser ses bouteilles une fois utilisées via des structures de gestion des bio déchets.

 Evoware, les sachets biodégradables et comestibles !

L’Indonésie est le deuxième pollueur de plastiques au monde et si l’on ne fait rien, d’ici 2050 il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans. Face à ce problème écologique et sanitaire, David Christian, fondateur d’Evoware a mis au point des gobelets et des sachets d’emballages à usage unique à base d’algues, fabriqués en Indonésie. Ils sont comestibles et contiennent des nutriments, fibres et minéraux.

Au contact de l’eau chaude, les sachets fondent et ont la propriété de n’avoir aucune odeur et peuvent être personnalisables et imprimables pour les différentes entreprises.

En plus de son impact positif sur l’environnement, Evoware collabore avec des fermiers locaux pour la production d’algues.

Les sachets peuvent être utilisés pour les emballages alimentaires de wraps, les sachets de thé, les sachets d’épices pour les nouilles instantanées, les emballages de café à usage unique, les sachets pour burgers mais aussi pour les cosmétiques comme l’emballage des savons solides.

Emballages Evoware
Sachets de thé, emballage alimentaires ou de savon, les emballages Evoware sont modulables à l’infini !

Si tous les projets n’ont pas été abordés, c’est qu’ils sont nombreux ! On pourrait également citer Cellulopack, qui milite contre la fin des barquettes alimentaires en plastique, ou encore Ooho, la bouteille d’eau comestible.

Ces différentes inventions montrent qu’il est possible de changer notre manière de consommer. Et on voit bien que les solutions ne manquent pas. C’est désormais aux industriels de prendre conscience de l’impact des déchets plastique sur notre environnement, et d’inventer la nouvelle ère des bio-packaging.

Laisser un commentaire